Bienvenue sur le site de l’Abbatiale de Guîtres

L’église de Guîtres est une église abbatiale ; c’est donc l’église d’une abbaye de moines (bénédictins). Cette abbaye, dont il ne reste que quelques traces, aurait été construite par Grimoard et Raymond de Fronsac, fils d’Hermengarde de Rochechouard, vers la fin du XIe siècle (entre 1060 et 1080). L’abbaye de Guîtres était donc dépendante de celle de Fronsac. Le style roman, qui domine dans la partie orientale de l’église, est une preuve que ce fut peu de temps après l’an 1000 qu’elle commença à s’élever sur la pittoresque hauteur où nous pouvons l’admirer aujourd’hui. Dans la vallée de l’Isle, sur un coteau où se trouvaient trois fontaines célèbres du temps même des Romains (d’où le nom de Guîtres tirerait son origine), les Bénédictins venus de Fleury-sur Loire et de Cluny, posèrent la première pierre de leur abbaye sur l’emplacement d’une chapelle brûlée par les Normands. Leurs travaux durèrent jusqu’au XVè siècle.

Quelle fut l’histoire de l’abbaye au cours des siècles ? Très peu de documents d’archives permettent de s’en faire une idée. Le monastère et l’église eurent à souffrir terriblement du vandalisme des hommes de guerre. Au cours de la guerre de Cent Ans, l’un et l’autre sont dévastés à plusieurs reprises par les Anglais et Jeanne d’Albret, à la tête de parti huguenot, fait brûler les bâtiments et les papiers de l’abbaye. La réfection des bâtiments et l’achèvement de l’église se poursuivent néanmoins au cours des siècles suivants.

C’est vers la fin du XVIII e siècle que l’abbaye de Guîtres connut son déclin. Le 30 septembre 1774, l’archevêque de Bordeaux en prononçait, par décret, la suppression. Lorsque les ordres monastiques furent supprimés par la Révolution, les terrains du domaine abbatial furent vendus à des particuliers. L’abbaye fut démantelée. Les pierres servirent à la construction de maisons d’habitation. Quand à l’église, elle fut entièrement affectée au culte paroissial et de ce fait, préservée de la destruction.

Ainsi, le plus pur joyau de cette abbaye, dont il ne reste malheureusement plus rien, a-t-il pu traverser les siècles sans trop de dommages pour que nous puissions l’admirer aujourd’hui.

L’abbaye Notre-Dame de Guîtres (768 – 1774) & la Congrégation des Exempts

Monsieur Jean-Pierre Méric, historien, a rassemblé toutes les sources disponibles concernant l’ancienne abbaye et nous a donné récemment le résultat de son travail considérable dans un ouvrage qui fait le point de toutes les connaissances disponibles.

En savoir plus

Proviseur honoraire, ancien président de la Société Archéologique et Historique du Médoc, Jean-Pierre Méric publie depuis plus de 20 ans livres et articles sur l’histoire girondine aux XVIIIe et XIXe siècles.

Le pays de Cernès et le Médoc – notamment son vignoble – sont les principaux territoires de ses recherches. Mais il a aussi étudié la vie religieuse de ces contrées sous l’Ancien Régime ou sous le pontificat de Mgr Ferdinand Auguste Donnet : les Chanoines réguliers de Vertheuil, les Bénédictins olivetains de Soulac-les-Bains, et tout dernièrement les trappistes de Saint-Aubin de Médoc.
L’histoire de l’abbaye de Notre-Dame de Guîtres est aujourd’hui l’occasion d’une heureuse excursion outre Dordogne.

« Un peu à l’écart des itinéraires d’amateurs d’art roman et d’histoire, le grand sanctuaire de Guîtres n’entend plus résonner depuis longtemps le chant de ses bénédictins. D’ailleurs, que reste-t-il de l’abbaye ? À part l’église ? Rien. Aux XIVe et XVe siècles, les guerres malmènent les hommes, leurs maisons et leurs églises.

Ainsi disparaissent la plupart des sources. Nous sommes bien mieux renseignés sur les méfaits du système de la commende qui fait se succéder à Guîtres dès le XVe siècle, des abbés absents, indifférents, voire indignes. Et ce n’est pas la Congrégation des Exempts à laquelle s’est agrégée la petite communauté des bords de l’Isle vers 1580 qui viendra à bout du relâchement qui a perverti ses moines.

Il reviendra au pouvoir royal, par l’intermédiaire de la Commission des Réguliers, de supprimer la moribonde Congrégation bénédictine des Exempts en 1770, et de fermer l’abbaye Notre-Dame en 1774. Elle n’avait plus que 4 religieux. L’histoire n’est pas très glorieuse. Elle est surtout très mal connue, et vaut bien qu’on l’écrive… et qu’on la lise.

Plus de cloître, pas de salle du chapitre, certes ! Demeure quand même ce vaste édifice qui mérite tout simplement qu’on raconte pourquoi et comment il est encore là, après tant de traverses ».

L’ouvrage est disponible auprès de l’association au prix de 25 € TTC

Trois séries d’activités

  • Deux concerts dont l’entrée est payante :
    le dimanche 8 août à 17h00 et le samedi 14 août à 21h00.
  • Tous les dimanches après-midi à 17h00 :
    du 1er août au 19 septembre, des concerts dont l’entrée est gratuite.
  • Une exposition consacrée à l’histoire et au fonctionnement des orgues, destinée en priorité aux élèves des écoles et collèges.

Visiter l’Abbatiale

C’est possible chaque jour entre 14 et 18h, de la fin du mois de juin au début du mois de septembre. À d’autres dates, s’adresser en mairie de Guîtres (Tél : 05 57 69 10 34)

Guîtres peut être une destination de week-end culturel et touristique, à moins d’un quart d’heures en voiture des prestigieux vignobles de Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac…